RAPTORS AIRSOFT TEAM

RAPTORS AIRSOFT TEAM

Météo
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 17 le Dim 9 Déc - 11:10
Sujets similaires
Derniers sujets
» présentation doude et TFA 11
Dim 28 Aoû - 22:17 par doude

» présentation rellikrats
Mar 5 Mai - 21:42 par rellikrats

» SHOP A RECOMMANDER !!!!!!!!!!!!
Mer 18 Mar - 19:28 par Annaling13

» présentation kat
Dim 15 Fév - 1:13 par furyo(LEADER)

» Petite présentation (julien1609)
Sam 14 Fév - 9:29 par kat1996

» Présentation de la Team Raptors 2014
Sam 11 Oct - 8:16 par Jimsky

» Introducing : Ekinox
Sam 11 Oct - 8:11 par Jimsky

» ACOG-Event
Mar 9 Sep - 6:28 par ACOG-Event

» Présentation de Corben
Dim 27 Juil - 7:26 par furyo(LEADER)


Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 FRANCE - FORCES SPECIALES : Les commandos de Marines

Aller en bas 
AuteurMessage
Wolf (CO LEADER)
Adjudant-Major
Adjudant-Major
avatar

Messages : 1918
BONUS : 6677
Date d'inscription : 29/11/2010
Age : 44
Localisation : Dans les bois sombres

MessageSujet: FRANCE - FORCES SPECIALES : Les commandos de Marines   Mar 23 Oct - 22:27

LES COMMANDOS DE MARINE









Histoire



Les commandos marine ont été créés durant la Seconde Guerre mondiale en Grande-Bretagne, sur le modèle des Royal Marines Commandos ou forces spéciales de la Royal Navy à partir d'éléments des fusiliers marins français regroupés au Royaume-Uni.
Le 6 juin 1944, ils sont 177 à participer au débarquement en Normandie, sous les ordres du capitaine de corvette Kieffer.






Sélection


La sélection des commandos marine est particulièrement rigoureuse.

Après une sélection interne par leurs commandants de compagnies de l'École des fusiliers marins, autrefois à Siroco, Cap Matifou (Algérie), maintenant à Lorient (France), les premiers du cours fusilier, s'ils sont aptes et volontaires, intègrent le stage commando long de 20 semaines. Celui-ci comprend une semaine de tests psychologiques, 6 semaines de stage préparatoire, 4 semaines d'évaluation commando, le stage commando de 7 semaines, et 2 semaines de stage parachutiste à Pau (autrefois Philippeville, Algérie). À l'issue de ce stage, en moyenne 5 à 10 % des stagiaires reçoivent le certificat de Commando Marine et son béret vert. Cependant, à aucun moment le certificat n'est garanti et toute faute peut aboutir à la radiation du stage.

Le « stac » ou stage commando se déroule à Lorient, en Bretagne, au sein de l'École des fusiliers marins, héritière du 1er bataillon de fusiliers marins, et l'une des unités les plus décorées de l'Armée française. Les épreuves préparent les fusiliers à leurs futures missions possibles au sein de l'un des six commandos de la marine. Le « stac » est ouvert en nombre restreint à d'autres spécialités de la marine (radio, infirmier) qui pourront ainsi intégrer l'effectif opérationnel des commandos marines. Cependant, le stage commando n'est que le début de la formation du commando marine, qui doit également passer trois semaines de stages complémentaires ainsi que d'autres certificats techniques de commandos au cours de la formation interne, ainsi qu'une période de 4 mois à Djibouti avant d'être déclaré opérationnel et apte à rejoindre un des commandos de la Marine de Lorient, excepté Kieffer. Ce dernier est composé de spécialistes qui sont amenés à un niveau de commando. Cette formation de base est l'une des plus difficiles au monde, comparable à celle des SAS et SBS britanniques ou des Navy SEAL américains.

Les commandos voulant postuler au commando d'action sous-marine Hubert de Toulon doivent, après une période d'ancienneté (5 ans) dans les unités commandos de Lorient, passer le certificat de nageur de combat à Saint-Mandrier, sur un tempo comparable à celui du cours Commando élémentaire, en plus difficile et plus long (deux semaines de pré-sélection, sept mois de Cours Nageur).

Chaque commando devra, à chaque nouvel examen de carrière, remettre son béret vert en jeu et repasser un stage commando équivalent, avec un niveau de responsabilité accru (stage commando chef d'équipe, stage commando chef d'escouade, stage commando chef de mission). Ainsi, certains officiers mariniers supérieurs (premier maître, maître Principal, major) peuvent avoir cumulé jusqu'à quatre stages commando. Ce type de formation est unique au monde, même dans les forces spéciales.






Uniforme

Leurs origines britanniques se remarquent au port du béret vert couché à l'opposé des autres unités militaires françaises (couché à droite, insigne à gauche, les autres unités françaises portant le béret couché à gauche, insigne à droite - cela permet notamment de différencier rapidement les commandos marine des légionnaires, portant eux aussi le béret vert). Le certificat de commando est porté par les commandos marine sur leur béret directement ainsi que la « banane » commando écrit en rouge sur fond noir au niveau supérieur de la manche de leur tenue.
On reconnait les membres et anciens membres du commando Hubert au badge de certificat « nageur de combat » qu'ils portent à la poitrine de leur tenue de sortie.






Missions



La France compte actuellement six unités de commandos marine qui appartiennent à la force des fusiliers marins et commandos (FORFUSCO), sous le commandement d'un amiral (ALFUSCO), dépendant directement du chef d'état-major de la marine, en ce qui concerne l'organisation et la préparation de cette force. Ils sont souvent déployés sous l'autorité du commandement des opérations spéciales (COS) pour des missions sur des théâtres extérieurs et sont particulièrement entraînés :
aux reconnaissances tactiques préalables aux opérations amphibies ou terrestres (renseignement) ;
à la protection et à l'évacuation de ressortissants ;
aux actions de destruction et de sabotage ;
aux interventions en mer dans le cadre des missions de sauvegarde maritime (lutte contre le terrorisme, les trafics illicites et les infractions maritimes).

En particulier, les commandos marine sont souvent utilisés pour la protection d'ambassades en zone de guerre (par exemple dans certains pays d'Afrique).







Organisation


Chaque commando est constitué de 80 à 100 hommes répartis en groupes de 15 à 17 opérateurs.

Cinq de ces unités sont basées à Lorient :
commando Jaubert, spécialisé dans l'assaut à la mer et le contre-terrorisme maritime, l'unité incluant une partie de l'Escouade de Contre-terrorisme et de Libération d'Otages (ECTLO) (anciennement GCMC) ;
commando Trepel, spécialisé dans l'assaut à la mer et le contre-terrorisme maritime et incluant également une partie de l'ECTLO ;
commando de Montfort, spécialisé dans l'appui et la destruction à distance (le sniping, notamment) ;
commando de Penfentenyo, spécialisé dans la reconnaissance et l'acquisition de renseignement opérationnel ;
commando Kieffer, spécialisé dans les technologies de pointe ;

Une unité est basée à Saint Mandrier (Var) :
commando Hubert, spécialisé dans l'action sous-marine et dans les actions de contre-terrorisme maritime, et constitué de nageurs de combat.



Actions des commandos marine



Participation au débarquement du 6 juin 1944 et campagne de France 1944-1945 avec notamment combats en Normandie
Campagne des Pays-Bas de novembre 1944 à mai 1945
Guerre d'Indochine 1945-1954
Guerre d'Algérie 1954-1962
Crise de Suez (1956).
Protection rapprochée du général de Gaulle par le commando Hubert (1960-1961) pendant la guerre d'Algérie, dont l'épisode du putsch des Généraux.
Protection du président de la République durant les événements de mai 1968.
Protection de l'île Longue (Brest) (début de la Force océanique stratégique), de 1972 à 1975.
Opération Décan 1 au lac Amer : déminage des sites du 15 novembre 1974 au 25 décembre 1975 (canal de Suez).
Opération Décan 2 au lac Amer : déminage des sites du 8 mars au 11 avril puis du 11 avril au 15 mai (canal de Suez)
Mission aux Seychelles (1980).
Missions Olifant au Liban, 1982-1986.
Opération Acanthe ; La 2e compagnie de combat du 17e RGP accueille à Beyrouth, de juin à septembre 1983, deux équipes de nageurs de combat (Liban).
Mission DIODON IV, septembre 1983 à février 1984, commando De Monfort (Liban).
Mission DIODON V, du 20 février au 31 mars 1984, commando Trepel (Liban).
Moruroa, 1985.
Seychelles, 1987.
Opération Victor : assaut de la grotte d'Ouvéa tenue par des rebelles indépendantistes ayant pris des gendarmes en otage ; opération combinée avec l'EPIGN, le 11e choc et le GIGN. (Nouvelle-Calédonie)
Opération Oside aux Comores ; opérations Basilic, Capselle puis Médor (Liban).
Opération Artimon de contrôle de l'embargo envers l'Irak ; implication épisodique jusqu'en 1995 (Golfe Arabo-Persique).
Opérations Glycine puis Hortensia (Liban, 1990).
Mission Salamandre et IFOR (Golfe Persique, 1990).
Participation aux opérations menées dans le cadre de la guerre du Golfe ; embargo, déminage actions commandos (Koweït).
Opération Badge : exfiltration du général Michel Aoun de l'ambassade de France du Liban, vers la France (août 1991).
Évacuation de ressortissants étrangers (Somalie, 1992 ?).
Reconnaissance de plages et de ports durant la mission Hortensia (Haïti, 1992).
Mission Isboukir (Djibouti).
Participation du commando de Penfentenyo aux opérations en ex-Yougoslavie de 1991 à 1995 notamment enBosnie-Herzégovine à partir1992
Opération de contrôle de l'embargo, Balbuzard et Sharp Guard, et de soutien aux forces terrestres engagées en ex-Yougoslavie à partir de 1993; implication épisodique jusqu'en 1996 (mer Adriatique).
Mission Oryx en effectuée par le commando Jaubert dans le cadre du COS (Somalie).
Évacuation des ressortissants occidentaux par le commando de Montfort (Yémen, 1994).
Durant l'opération Turquoise, protection des populations civiles assurée par le commando Trepel au sein d'une mission du COS (Rwanda, 1994).
Protection des installations de tir contre Greenpeace durant l'opération Nautile (Moruroa, 1995).
Mission Azalée menée par le commando Jaubert avec d'autres unités du COS (Comores, 1995).
Mission Badge par le commando Trepel (Afghanistan, 1996).
Mission Malebo par le commando de Penfentenyo (ex-Zaïre, 1996).
Mission Alba pour récupérer des ressortissants et effectuer des reconnaissances de plages par les commandos Jaubert et Hubert (Albanie, 1997).
Mission SFOR par les commandos de Montfortet Hubert.
Mission Pélican assurée dans le cadre du COS par les commandos de Montfort et Hubert (Congo, 1997).
Mission Espadon : récupération de ressortissants par le commando de Montfort (Sierra Leone, 1997).
Mission Neptune par le commando de Penfentenyo (mer du Nord, 1997).
Mission Maracuja par le commando Trépel (1997).
Mission TAAF (Terres Australes et Antarctiques Françaises) par les commandos de Montfort et de Penfentenyo (1997)
Mission Iroko (Guinée-Bissau, 1998).
Mission Malachite (Congo, 1998).
Mission KFOR en Ancienne République yougoslave de Macédoine et au Kosovo (Ancienne République yougoslave de Macédoine, 1999)et en Ancienne République yougoslave de Macédoine en 2001.
Capture à Pale (Bosnie-Herzégovine), par le commando Hubert et le Groupe de combat en milieu clos (GCMC), de Momcilo Krajisnik, bras droit de Radovan Karadžić et inculpé par le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie de crimes contre l'humanité (3 avril 2000) (Bosnie-Herzégovine).
Mission dans les TAAF (Terres Australes et Antarctiques Françaises) avec le commando de Penfentenyo (1997) ;
Participation à la traque des criminels de guerre dans le cadre de la SFOR en Bosnie-Herzégovine avec le commando Hubert et le GCMC (1997) ;
Participation à la guerre d'Afghanistan (2001) depuis 2001 notamment par des opérations longues de combat entre 2001 et 2006
Libération des otages lors de l'acte de piraterie contre le Ponant en avril 2008 au large de la Somalie par les GCMC(participation du GIGN.
Libération des otages lors de l'acte de piraterie contre le Carré d'as au large de la Somalie par les GCMC (septembre 2008)
Libération des otages lors de l'acte de piraterie contre le Tanit au large de la Somalie par les GCMC (avril 2009). Cette opération s'est faite sans la participation du GIGN, ce qui avait suscité la colère du fondateur de l'unité, Christian Prouteau, lequel juge que les commandos marine n'ont aucune qualification pour libérer des otages et qu'ils sont là pour mener des « actions de guerre »1.

Revenir en haut Aller en bas
http://lesloupsgrisairsoft.forumgratuit.be/
warsnail
Sergent
Sergent
avatar

Messages : 451
BONUS : 3588
Date d'inscription : 14/01/2011
Age : 31
Localisation : espierres

MessageSujet: Re: FRANCE - FORCES SPECIALES : Les commandos de Marines   Mer 24 Oct - 6:14

merci , super boulot Wink
Revenir en haut Aller en bas
TheMarines
Sergent
Sergent
avatar

Messages : 464
BONUS : 3188
Date d'inscription : 24/04/2012

MessageSujet: Re: FRANCE - FORCES SPECIALES : Les commandos de Marines   Mer 24 Oct - 6:48

Super pour l'info merci wolf cheers
Revenir en haut Aller en bas
Lycan
Mascotte Raptors
Mascotte Raptors
avatar

Messages : 368
BONUS : 2901
Date d'inscription : 01/09/2012
Age : 20
Localisation : LE DOJO DU PHENIX

MessageSujet: Re: FRANCE - FORCES SPECIALES : Les commandos de Marines   Lun 29 Oct - 2:45

J'adore tros les photos bien choisi !!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: FRANCE - FORCES SPECIALES : Les commandos de Marines   

Revenir en haut Aller en bas
 
FRANCE - FORCES SPECIALES : Les commandos de Marines
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Reportage sur les forces speciales en Israel avec du ?krav
» [CR] Marines (95) VOD 07/03
» Algérian Naval Forces Lynx ZK184 le 31.01.12
» Raid et rando a Marines (95)
» National VTT Ufolep 2013 (Marines)

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
RAPTORS AIRSOFT TEAM :: FORUM PUBLIC :: Informations sur les différents corps d'armée du monde-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: